English (United Kingdom)

Newsflash

Le Karate-do selon Maître Chojun MIYAGI
There are no translations available.

"Karate-do Gairyaku" (explication générale du Karate-do), article écrit par Maître Chojun MIYAGI .  Osaka le 28 Mai 1936.

 

 

Introduction

Le karate est un art qui cultive le courage et permet de développer la santé physique et mentale. De plus, grâce à l'entraînement de karate, une personne peut se défendre contre une agression physique sans utiliser d'arme.
Toutefois, on peut également utiliser selon les circonstances certains outils ou instruments pour se défendre.
Les gens voient souvent des techniques de casse de planches ou bris de tuiles avec le poing nu, et ceci fait qu'ils se méprennent sur le vrai but de l'entraînement de karate. En fait ces techniques sont des techniques mineures.
De même que tout autre art martial, l'essence de l'entraînement de karate est l'éventuelle accession à la connaissance.

Histoire du Ryu-Kyu Kempo (Karate-do)

Le nom karate est un terme spécial à Okinawa, et si nous cherchons ses origines, nous découvrons qu'elles remontent à la boxe chinoise.
A cause du manque d'écrits concernant le sujet, le lieu de naissance de la boxe chinoise ne peut être définitivement établi. Selon une théorie, elle est originaire de Turquie, et avec la montée de la civilisation au Moyen Orient, se diffusa lentement vers l'Inde et la Chine.
Cependant il existe de nombreuses théories. On dit que la boxe chinoise existait déjà il y a 5000 ans environs, à l'époque de la dynastie Kou, qui édifia une grande civilisation le long de la vallée du Fleuve Jaune.
En tous cas la boxe chinoise appartient aux temps anciens, et il n'est pas difficile d'imaginer qu'elle doit son origine aux batailles de l'homme ou à sa nature compétitive.
Les branches traditionnelles de la boxe chinoise avaient toutes le dessein d'imiter les mouvements de combat des animaux ou des oiseaux. Cela se manifeste par le fait que les différents styles portent les noms de Tigre, Lion, Singe, et Grue.
Plus tard, la boxe chinoise se divisa en style du nord et style du sud. En outre les deux styles se divisèrent en branches qui donnèrent deux types de boxe: le Naika Kempo (boxe intérieure à la famille) et le Gaika Kempo (boxe extérieure à la famille).
La principale caractéristique du Naika Kempo était sa douceur. Le Buto Kempo était représentatif du Naika Kempo.
La principale caractéristique du Gaika Kempo était sa dureté. Shorinji Kempo (la boxe du Temple Shaolin) était typique du Gaika Kempo.
L'époque des dynasties Tou et Sou fut l'age d'or de la boxe chinoise, c'est pendant cette période qu'apparurent de nombreux grands artistes de l'Art Martial.

Maître Chojun Miyagi (à gauche)

Comment la boxe chinoise fut-elle introduite dans les îles Ryu-Kyu?

Il n'y a pas de preuve historique définitive, mais de nombreuses théories.
Les trois principales théories sont:

- La théorie des 36 hommes: Selon cette théorie, en 1392, 36 Chinois se rendirent dans les îles Ryu-Kyu et firent connaître la boxe chinoise à la population des Ryu-Kyu.

- La théorie des notes d'Oshima: En 1762, un bateau des Ryu-Kyu se rendant au Japon, fut obligé par la tempête de s'échouer à Oshima, situé à Tosa, une province de l'île Shikoku.
Parmi l'équipage se trouvait un intellectuel nommé Shiohira Pechin Seisei, qui parla des îles Ryu-Kyu et de leur peuple à un lettré originaire de la province de Tosa, Choki Tobe. Ce dernier rapporta ensuite cette conversation dans un cahier de notes qu'il intitula Oshima Hikki (notes d'Oshima).
Dans le troisième volume de notes d'Oshima, une partie de ce récit est intitulée "Skillfull boxer" et raconte qu'un boxeur chinois nommé Kusanku voyagea aux îles Ryu-Kyu avec ses élèves et pratiqua ce qu'à l'époque on nommait Kumiai-jutsu (combats techniques).
Ce livre contient donc un peut de la littérature la plus fiable concernant les origines du karate dans les îles Ryu-Kyu.

- La théorie "d'après Keicho": Dans l'année 14 de la dynastie Keicho (1609) le clan Satsuma conquit les îles Ryu-Kyu et y établit un régime basé sur une répression brutale.
La possession ou l'usage des armes furent interdits.
Certains ont donc émis l'hypothèse que par manque d'un meilleur moyen de protection l'art du karate se développa naturellement parmi les Okinawaïens sans défense.
Une autre théorie affirme que c'est pendant cette époque de crise que le karate fut réellement introduit.

Une chose est certaine: un art martial combinant la boxe d'origine étrangère et le style Te (main) des îles Ryu-Kyu, se développa rapidement sous l'influence des circonstances particulières de l'époque. Il existe d'autres théories, mais ce sont des versions populaires qui ne sont pas très fiables.
D'après ce que nous pouvons constater, il n'y a pas une théorie prouvée, seulement ce fait:Le karate s'est développé depuis le passé jusqu'à sa forme actuelle.

Le monde du karate dans le passé

L'origine du nom "Karate" à Okinawa est incertaine, mais il est vrai qu'il fut nommé ainsi assez récemment. Dans le passé, il était appelé "Te".
A cette époque le karate ou Te était pratiqué secrètement. Des techniques se transmettaient du maître aux élèves les meilleurs et les plus élevés uniquement. S'il n'y avait pas d'élève qualifié, la technique ne se transmettait jamais et était perdue avec la disparition de la génération du maître.
Le résultat de cette pratique fut que de nombreuses techniques ont disparu.
Après le 19ème siècle, avec l'arrivée de nombreux experts et d'une nouvelle méthode d'enseignement plus adaptée à l'époque, la vieille politique du secret fut abandonnée et l'entraînement fut dirigé au grand jour.
Progressivement le karate fut remarqué par le public et pour la première fois il y eut un rayon d'espoir pour l'avenir du karate. Le karate fut accepté comme un élément de la civilisation en marche; ses valeurs physiques, éducatives et culturelles furent prouvées. Il avait complètement conquis l'opinion publique.
En 1904, on décida que le karate ferait partie du programme d'éducation physique de l'école élémentaire de Shuri. Ce fut le premier groupe d'instruction de l'histoire du karate. En avril 1906 des clubs de karate s'établirent dans les collèges préfectoraux d'Okinawa, au lycée commercial municipal de Naha et à l'école préfectorale d'Okinawa. A la même époque des clubs de karate s'établirent également dans les écoles Okinawaïennes d'agriculture, de technique et de pêche. En 1922, le karate fut introduit tout d'abord à l'académie de police okinawaïenne et fut ensuite officiellement agréé comme sujet d'étude régulier au même titre que les autres arts martiaux japonais comme le Judo et le Kendo. En mars 1926, l' "Okinawan Karate Club" fut fondé. Le 21 novembre 1930 il fut intégré dans l' "Okinawan Athletic Society" et devint un département de cette organisation. Le "Dai-Nippon Buto Kukai" (la plus grande association japonaise de Vertus Martiales) agréa le karate en tant qu'art martial japonais le 26 décembre 1933. Au Japon, des clubs de karate furent également fondés dans de nombreuses écoles après 1924.
Remarquons les évènements honorables qui eurent lieu dans le monde du karate: Le 10 Mars 1921, Hirohito, l'actuel empereur du Japon, alors prince, en route pour l'Europe, s'arrêta à Okinawa et assista à notre démonstration de karate à l'école des professeurs Okinawaïens.
De même en Mai 1925, le prince Chichibu no Miya assista à une démonstration de karate dans cette même école lorsqu'il fit halte à Okinawa au cours de son voyage vers l'Angleterre.
En 1930, les karatekas participèrent à une démonstration d'arts martiaux japonais à l'occasion de l'ouverture du festival "Meiji Jingu Shrine" à Tokyo.
En Mai 1932 une démonstration de karate eu également lieu au cours du festival de Saineikan.
En Avril 1933, le prince Fushi no Miya et le prince Kuni no Miya visitèrent Okinawa avec une flotte combinée de la Marine Impériale Japonaise; nous eûmes le grand honneur de faire une démonstration de karate pour eux.


Maître Chojun Miyagi (à droite) supervisant une démonstration.

Etat actuel de l'enseignement du karate (en 1936)

Selon les légendes traditionnelles, le karate était enseigné dans le passé principalement comme un art de self-défense, indiquant seulement un peu son contenu de culture par la devise: "Karate ni sente nashi" (il n'y a pas de première attaque en karate). Mais en réalité j'ai remarqué que cette forme d'esprit était constamment négligée. Cependant, au fil du temps, cette politique d'enseignement fut améliorée lentement, et maintenant, cette fausse vieille rumeur qui veut que le corps soit plus important que l'esprit à disparu.
La pratique du karate a maintenant atteint le niveau ou elle possède les articles de foi, unité, poing et Zen. C'est à dire que l'esprit est plus important que le corps. Ceci nous fait espérer que le karate recevra l'accueil d'un véritable art martial.
Des personnes qualifiées enseignent maintenant (en 1936) le karate au Japon dont:
Pour Okinawa : Kentsu Yabe, Chomo Hanashiro, Chotoku Kyan, Anbun Tokuda, Chohatsu Kyoda, Choshin Chibana, Jinsei Kamiya, Shinpan Gusukuma, Seko Higa, Kamato Nakasone, Jinan Shinsato, Chojun Miyagi.
Hors d'Okinawa : Gichin Funakoshi, Choki Motobu, Kenwa Mabuni, Masaru Sawayama, Sanyu Sakai, Moden Yabiku, Nisaburo Niki, Koyu Konichi, Shinji Sato, Mizuho Mutsu, Kamesuke Higahonna, Shinjun Otsuka, Ryoshin Taïra, Koki Gusukuma, Kanbun Ueshi.

Au sujet des styles de karate

Actuellement, nombreux sont ceux qui théorisent au sujet des styles de karate des Ryu-Kyu, mais aucun n'a fait de recherche sérieuse et la plupart de leurs prétentions sont de vagues spéculations. Cela revient à tâtonner dans le noir.
Une des théories populaire établit l'existence des karate Shorin-ryu et
Shorei-ryu, le premier convenant à des gens corpulents, au physique imposant, le dernier convenant à des personnes menues, possédant peu de force physique, des gens minces comme des saules. Cependant la seule théorie à laquelle nous pouvons nous fier est qu'en l'année 11 de l'ère Bunsei (1879), le style chinois du Fukien fut apporté à Okinawa (par Kanryo Higashionna) et devint le karate Goju ryu à la suite d'un perfectionnement continu.
Le groupe qui en est l'héritier existe toujours avec une succession régulière à Okinawa de nos jours.

Caractéristiques du karate

Les avantages du karate sont les suivants :
- Il peut être pratiqué dans un espace réduit.
- Il peut être pratiqué seul ou en groupe.
- Sa pratique demande peut de temps.
- Chacun peut pratiquer selon sa force physique en choisissant des exercices appropriés au sexe et à l'âge.
- Il est efficace en tant que méthode d'entraînement pour conserver une santé robuste.
- Résultat de l'entraînement de l'esprit et du corps: il peut construire un esprit invincible.


Maître Chojun Miyagi (à gauche)
appliquant une technique de kata.

L'avenir du Karate-do (rappel: l'article date de 1936, ne l'oubliez pas)

L'ère du secret en Karate-jutsu (l'art du karate) est déjà révolue, et le temps de l'entraînement public en Karate-do (la voie de karate) est venu. Cependant sa méthode d'approche est encore informe. Maintenant nous devons cesser de dire que le karate est un art martial secret qui est resté caché dans le petit monde des îles Ryu-Kyu. Le karate devra être ouvert au public et solliciter la critique et l'étude de tous les artistes d'arts martiaux.
De plus, dans l'avenir, nous espérons achever le travail de longue haleine qu'est la création d'équipements protecteurs pour le combat libre.
Je crois fermement que le karate atteindra un niveau qui lui permettra de rivaliser avec les autres arts martiaux et de se joindre à l'esprit de l'ensemble des arts martiaux japonais.
A l'heure actuelle on porte le plus profond intérêt au Karate-do à l'échelon national. C'est avec enthousiasme que l'étude du karate a surgi dans le Japon tout entier. En particulier à Tokyo et à Osaka, et du nord d'Hokkaido jusqu'à la méridionale Taiwan (alors occupée par le Japon). On remarque également que parmi les artistes d'arts martiaux certains ont tendance à étudier le karate dans son aspect compétitif.
Un enthousiasme incroyable se manifeste à l'étranger pour le karate.
Après avoir obtenu ses diplômes dans une université à Tokyo, quelqu'un est allé en Europe pour faire connaître le Karate-do et se consacrer à son étude.
On constate un très vif enthousiasme pour le karate à Hawaï. En Mai 1935, à l'invitation de résidents influents et d'un journal, je m'y suis rendu pour propager et développer le karate. Nous pouvons déjà témoigner de l'établissement de cercles d'études sur de nombreuses îles hawaïennes.
Comme je viens de le dire, le Karate-do a dès à présent prospéré et s'est développé, passant du stade d'art martial particulier au Japon à celui d'un art martial à l'échelle mondiale.

Méthode d'enseignement du karate

Le développement des muscles humains varie selon la façon dont on s'en sert. A cause de cela, au début de chaque leçon de karate, on doit faire des exercices d'échauffement pour préparer et développer les muscles afin de faciliter les mouvements du karate.
Ensuite on doit enseigner les Kata de base, les exercices complémentaires, les Kata à mains ouvertes (Kata classiques) et les exercices "Kumite" (exercices avec partenaire), tout cela dans cet ordre.
Vous trouverez ci-dessous l'explication générale de cette méthode:

1 - Exercices de préparation:
Exercer différentes parties du corps pour assouplir les muscles et en même temps pour développer la force et l'endurance.
Ces exercices permettent de comprendre les Kata de base du karate, Sanchin, Tensho, et Naihanchin. Ensuite, après avoir pratiqué d'autres Kata, exécuter de nouveau ces exercices pour relaxer les muscles, et se reposer tranquillement en faisant des exercices respiratoires.

2 - Kihon kata (Kata fondamentaux):
Sanchin, Tensho et Naihanchin sont des Kata fondamentaux. Leur but est de développer un corps solide et d'acquérir l'esprit de l'art martial tout en harmonisant respiration et puissance dans une posture correcte.

3 - Exercices complémentaires:
Ce sont des exercices destinés à aider l'élève à mieux assimiler les Kata car ces mouvements se composent de différentes techniques tirées des Kata. Ils sont exécutés avec toutes sortes d'équipements pour développer la force physique et la musculature nécessaire à la pratique des techniques de karate.

4 - Kaishu Kata (Kata avancés):
Il y en a entre 20 et 30, beaucoup portent le nom de leurs créateurs.
Le Kata consiste en de nombreux mouvements de gymnastique dans lesquels des techniques variées d'attaque et de défense sont harmonieusement réparties.
Ces mouvements permettent aux élèves de comprendre le rapport entre l'esprit et le corps, le but de ces Kata étant de les développer efficacement.

5 - Kumite (exercice avec partenaire)
Après avoir maîtrisé quelques Kata l'élève devra étudier la signification réelle de leurs mouvements, et donc de passer à l'application de ces techniques au moyen d'exercices avec partenaire comme s'il se trouvait en situation réelle de combat.

En somme, la méthode d'enseignement du karate a pour but de cultiver un bon esprit dans la pratique de l'art martial par l'utilisation des moyens tels que le Kihon Kata (Sanchin, Tensho, et Naihanchin), le Kaishu Kata, et les exercices de Kumite.

 

PARTAGE Facebook

original solarflare design by rhuk
lunarized by joomlashack, Adapted by OTKD Web Design